Trouvez la place idéale
en Suisse romande
Le CFC d’assistante médicale désormais accessible par la validation des acquis
04.12.2018 | 10:06
Seules quelques candidates romandes en ont bénéficié pour l’instant, mais la filière est prometteuse.


MAGALI GIRARDIN
Depuis une quinzaine d’années qu’existe le dispositif de Validation des acquis de l’expérience (VAE), la mise en place de la formation qualifiante d’assistante médicale (AM) a impliqué divers partenaires en Suisse romande. Du côté des cantons de Fribourg, Neuchâtel, Vaud et Valais, l’Association romande des assistantes médicales (ARAM) et l’Office d’orientation scolaire et professionnelle du Valais romand (OSPVR) se sont fédérés pour permettre à ce jour à trois personnes de décrocher leur CFC d’assistante médicale par la VAE.

«Dans un métier comme le nôtre, centré sur l’humain, il est primordial que des personnes expérimentées puissent suivre un cursus de qualité quand elles n’ont pas eu l’opportunité de se former à un moment donné de leur vie», explique Marie-Paule Fauchère, présidente de l’ARAM. À Genève, le tout premier CFC par la VAE vient d’être décerné. «C’est un véritable tournant, se réjouit Cyrille Salort, directeur du Service de la formation continue à l’Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue (OFPC). Tous les partenaires (Association genevoise des assistantes et assistants médicaux (AGAM), OrTra santé-social Genève, Centre de bilan Genève et OFPC) ont retroussé leurs manches pour mettre enfin en place cette filière exigeante.» Destinée à des personnes au bénéfice d’une expérience de cinq ans dans les domaines de l’administration, des soins, des analyses de laboratoire et/ou des examens radiologiques, la formation leur permettra de valider leurs compétences, mais aussi d’acquérir de nouvelles pratiques en lien avec les nombreuses exigences du métier.

«La demande est là, assure Cyrille Salort. Plus de 70 personnes sont actuellement inscrites dans le dispositif.» Trait d’union L’activité d’une AM s’articule autour de trois axes: le relationnel, le diagnostic et l’administratif. «Véritable interface entre le médecin et son patient, l’assistante médicale est la carte de visite d’un cabinet, décrit Laurie Todeschini, première récipiendaire genevoise d’un CFC par la VAE. C’est elle qui reçoit les patients, les renseigne, les rassure, leur explique les traitements et les examens en vulgarisant les termes médicaux.»


En dehors de ce rôle d’éducation thérapeutique, l’AM est également chargée d’optimiser la prise en soins. «Les assistantes médicales travaillent sous délégation d’un médecin et effectuent, en fonction de la spécialité de ce dernier, bon nombre de processus diagnostiques et thérapeutiques: glycémie, injections, analyses de bandelettes urinaires, prise de sang, etc., rappelle Valérie Noguier-Trombert, chargée de formation à l’OrTra santé-social Genève. Ces compétences ne s’improvisent pas et requièrent de bonnes connaissances, particulièrement en anatomie et en hygiène. Et si la VAE, dans cette profession, est un processus relativement long, c’est notamment en raison de la complexité de ce cahier des charges.»

Laurie Josserand
Office pour l’orientation, la formation professionnelle et continue (OFPC)