Trouvez la place idéale
en Suisse romande
L’acquisition de compétences numériques est devenue indispensable pour presque toutes les démarches de réinsertion professionnelle destinées aux candidat-e-s à l’emploi.
Mesures de formation et d’insertion durant le chômage: les défis à relever
18.11.2019 | 16:37
Les mesures de formation-insertion octroyées aux candidat-e-s à l’emploi s’adaptent aux nouveaux besoins des entreprises

Près de la moitié de la population mondiale est aujourd’hui connectée à l’internet, contre seulement 4% en 1995. En 2016, dans la zone de l’OCDE, 83% des personnes adultes avaient accès au web et 95% des entreprises disposaient d’une connexion internet à haut débit. Notre monde hyperconnecté a transformé à la fois les exigences des employeurs vis-à-vis des candidat-e-s à l’emploi et les attentes des individus par rapport au marché du travail. L’acquisition de compétences numériques est devenue indispensable dans presque toutes les démarches d’intégration, de perfectionnement ou de reconversion professionnelle, mais pas seulement. Explications.

Acquérir des compétences digitales
Les domaines suivants sont particulièrement concernés: informatique, commandes numériques, web et médias sociaux. Dans les ORP, on privilégiera l’acquisition de compétences si, à la clé, il y a des possibilités d’emploi. Par exemple, on financera au besoin une formation si un employeur s’engage à recruter le candidat ou la candidate au terme de cette dernière. De la même manière, si un recruteur s’engage à intégrer dans son équipe un-e candidat-e ORP et à développer ses compétences numériques, il pourra toucher des allocations d’initiation au travail (AIT). Il s’agit d’une participation financière de l’État au salaire de l’employé-e pour une durée déterminée. Plusieurs nouveaux dispositifs facilitant l’acquisition de compétences digitales sont également en train d’être développés par le Secrétariat d’État à l’économie (SECO), dont pourront ensuite profiter les cantons.

L’importance des compétences relationnelles
Les compétences numériques sont loin d’être les seules à revêtir un caractère essentiel dans un monde professionnel moins hiérarchisé qu’auparavant. Les soft skills le sont aussi. On parle ici de compétences relationnelles, émotionnelles et managériales, par exemple créativité, agilité, rapidité, sens de la collaboration, etc. Celles-ci complètent les compétences techniques (hard skills). Hormis quelques projets pilotes actuellement en cours, il n’existe actuellement pas de mesures de formation et d’insertion de l’assurance-chômage uniquement axées sur les soft skills. Pour Caroll Singarella, directrice du service genevois chargé de ces questions, «ce sont avant tout les mises en situations pratiques dans le cadre de mesures déjà existantes qui vont permettre de travailler sur ce type de compétences».

Rapprocher formation et emploi
Le savoir-faire digital et le savoirêtre relationnel représentent ainsi des compétences recherchées pour l’économie romande ou suisse. Pour développer ces compétences, rapprocher la formation de l’emploi est devenu encore plus prioritaire qu’auparavant, pour tous les acteurs concernés par la réinsertion, que ce soit l’État, les entreprises, les partenaires sociaux, les organismes et les prestataires de formation professionnelle. Le renforcement des mesures d’insertion favorisant les partenariats «public-privé» permettra de réduire les risques liés à un possible chômage de transition dû à la digitalisation de l’économie et déjà anticipé par certain-e-s économistes. Ce rapprochement exige de travailler en mode collaboratif et d’être prêts à intégrer en permanence de nouveaux développements et de nouvelles réalités. En d’autres termes, s’adapter de manière continue.

Savoir octroyer correctement une mesure
L’octroi de la bonne mesure, à la bonne personne, au bon moment par un-e conseiller-ère en personnel ORP reste déterminant. Car c’est ce qui permet, au final, de faire la différence. Aussi, pour qu’elles soient efficaces, les mesures doivent être ciblées par rapport à un projet professionnel réaliste et réalisable. Elles doivent être attribuées le plus tôt possible, et si possible être certifiantes, surtout pour les personnes faiblement ou non qualifiées. Une mesure intensive réduira la durée du chômage. Faciliter la mobilité professionnelle et, bien entendu, être en phase avec les besoins du marché du travail garantissent égale